Lancement de l’enquête Santé et Intersexuation

L’enquête Santé & Intersexuation vise à recueillir des données sur la santé des personnes intersexes ou ayant des variations du développement sexuel en France.

Elle est menée par le Collectif Intersexe Activiste (CIA-OII France) et le Réseau francophone de recherche sur l’intersexuation (Réfri). Elle a reçu un avis positif du Comité d’éthique de l’université d’Aix-Marseille, et un financement de la DILCRAH.

Cette enquête est anonyme et dure environ 15-20 minutes. Elle contient 5 volets : situation socio-démographique ; santé physique et mentale ; expériences médicales ; conjugalité, sexualité et santé sexuelle ; discriminations et violences. Pour y participer, suivre ce LIEN. La date limite de participation est le 31 décembre 2023.

Il s’agit de la première enquête quantitative non médicale en France sur cette population minorisée et encore mal connue. Elle vient compléter des données qualitatives existantes, quoiqu’encore peu nombreuses et insuffisantes en France (Petit 2018, Dourlens 2022, Kraus et al. 2008). Des études médicales existantes s’appuient peu sur la situation sociale et la santé des personnes cibles, et se concentrent sur des indicateurs médico-psychologiques. La nécessité de produire des données sur l’intersexuation a été récemment rappelée par des institutions étatiques comme le Sénat (Blondin et Bouchoux 2017, pp.25, 55-56) ou internationales : dès 2013, une résolution du Conseil de l’Europe invitait les États membres à “entreprendre des recherches complémentaires afin d’augmenter les connaissances de la situation spécifique des personnes intersexuées”. Face à ce manque de données les concernant, cette enquête, menée par une collaboration entre un réseau de recherche et une association de personnes concernées, est nécessaire afin de mieux connaître le vécu et la santé globale des personnes intersexes.

Pathologisées et souvent soumises à une médicalisation forcée via des interventions sur leurs caractéristiques sexuelles, de nombreuses personnes intersexes développent une méfiance à l’égard du corps médical qui va jusqu’à renoncer aux soins dont elles ont besoin. De plus, les interventions subies, et plus largement la stigmatisation dont elles font l’objet, risquent d’aggraver leur santé physique et mentale (Raz 2023a). Il existe peu d’enquêtes quantitatives non médicales documentant les parcours et expériences des personnes intersexes dont aucune en France (FRA 2020, Jones et al. 2016). C’est dans ce contexte, et avec le soutien de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), que le Collectif Intersexe Activiste (https://cia-oiifrance.org/) et le Réseau francophone de recherche sur l’intersexuation ont conçu une enquête commune sur les vécus des personnes intersexes.

L’objectif principal de l’enquête est de mieux comprendre l’état de santé (physique, mentale, sexuelle) des personnes intersexes (ou ayant une variation du développement sexuel), en lien avec leur médicalisation. Elle vise à fournir une première enquête descriptive permettant de rendre compte et d’analyser les expériences des personnes concernées par l’intersexuation, en particulier du point de vue de leur santé. Ce sera donc la première enquête spécifique à une population très peu étudiée, invisible dans les enquêtes en population générale et très peu prise en compte dans les enquêtes sur les minorités sexuelles. Visibiliser ce sujet permettrait à l’avenir d’élargir la population étudiée.



Citer ce billet
Réseau RéFRI (2023, 21 novembre). Lancement de l’enquête Santé et Intersexuation. RéFRI. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjv7

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search