Recommandations pour une recherche respectueuse sur l'intersexuation

Le Réfri a rédigé une liste de recommandations pour une recherche respectueuse sur l’intersexuation pour toute personne souhaitant mener des enquêtes sur cette question.

  1. Respecter la façon dont les personnes s’identifient et ne pas présumer leur pronom et accords et leur identité de genre. Ne pas confondre l’intersexuation avec l’identité de genre ou l’orientation sexuelle; éviter tout discours de type “ni homme ni femme”, “ni fille ni garçon” “entre les sexes” etc.
  2. Les choix de vocabulaire sont cruciaux et ont une histoire. Faire attention au vocabulaire et aux termes utilisés pour parler de leur intersexuation:Ne pas leur imposer des catégories médicales liées à leur variation et qui pourraient être pathologisantes. Respecter leur façon de se nommer dans la mesure où cela fait sens pour elleux (noms de syndromes, termes datés…) en les mettant cependant à distance par l’usage par exemple de guillemets et en rappelant qu’il s’agit de propos rapportés.Ne pas utiliser de termes pathologisants et stigmatisants dans les travaux et appels à témoignages (hors propos rapportés bien sûr). Utiliser des termes consensuels au sein des organisations de représentation des personnes intersexes: intersexuation, variations du développement sexuel, personne intersexe etc.
  3. Se renseigner sur les travaux existants ayant une approche non pathologisante et sur l’existence d’associations. Connaître leurs positions, revendications etc.
    Idéalement informer ces associations sur le projet de recherche.
  4. Se rappeler que les intersexes ont été et sont encore considéré.e.s le plus souvent comme un objet de recherche médical et psychologique, plutôt que comme des sujets. En faire un objet de recherche risque de reproduire ce schéma. Soyez délicat·e·s et patient·e·s et donnez tous les gages de bonne volonté possibles, notamment la possibilité de modifier, retirer ses propos, relire les citations choisies etc.
  5. Se positionner comme allié·e contre les pratiques non consenties subies par les personnes intersexuées, et en faveur du respect des droits humains. Parfois, pour des raisons d’accès au terrain et de “crédibilité scientifique”, il est difficile aux (jeunes) chercheurs/ses de s’affirmer publiquement comme allié·e·s (pétitions etc.), mais il y a d’autres moyens de le faire. En particulier, dans les travaux, ne pas renvoyer dos à dos les avis, analyses et vécus des personnes concernées et ceux des institutions responsables des violences à leur encontre car il n’y a pas de symétrie entre les deux positions.
  6. Se situer: être dyadique ou pas… importance de la réflexivité. Pourquoi je me suis intéressé·e à ce sujet? Quel rapport (ou non) avec mon vécu personnel? Qu’est-ce qui m’a attiré vers la question inter?
  7. Favoriser la visibilisation des paroles intersexes en s’intéressant à leurs expériences vécues. Se renseigner sur les travaux de chercheurs/ses intersexes y compris hors institutions universitaires et valoriser leur travail.
    Mais sans demander aux intersexes de faire les recherches à votre place (ne pas solliciter des bibliographies de la part de personnes inters et d’assos, qui ont mieux à faire et qui ne sont pas payés pour cela).
  8. Se renseigner sur la diversité des vécus et des variations, ne pas projeter de représentations fausses ou de fantasmes monolithiques.
    Attention à l’exotisation: Ne pas utiliser d’images ou de photos pour illustrer si cela n’apporte rien à l’analyse. Porter plutôt un regard critique sur ces images.
    S’interroger sur la pertinence du choix du sujet surtout s’il est exotisant, s’il a déjà été traité de nombreuses fois, notamment tout ce qui a trait à la sexualité et aux organes génitaux des personnes, qui réduisent les personnes à des modes de développement sexuel. Au contraire, s’intéresser au vécu, à la condition sociale, aux enjeux intersectionnels, aux difficultés liées à la scolarisation, à l’accès à une prise en charge médicale non-pathologisante etc.
  9. Penser à inverser le regard: ne pas étudier seulement les intersexués comme objet mais objectiver les dominants: médecins, psys etc. Mettre au jour les mécaniques de pensée des dominants et leurs modes d’action. Utiliser le relatif avantage de chercheur/se (dyadique) à avoir accès à des données que les personnes concernées ne peuvent pas obtenir.

Pour aller plus loin:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search